L'Evacuation : 50 ans après

50 ans après : La libération des Ardennes

************

: « Nos Ardennes sont un pays au douloureux passé, une terre meurtrie. De multiples invasions y ont fait payer très cher aux populations pacifiques le manque de préparation guerrière des peuples libres ».

Combat en Ardenne-Jean-Pol CORDIER

Cette rubrique d’histoire locale a été rédigée en hommage à TOUS les résistants, et en particulier à ceux des Vieux-Moulins de Thilay,  « haut-lieu de la Résistance Ardennaise ».

Les divers témoignages et documents ont été extraits du journal «  l’Ardennais » et de différents ouvrages consacrés à la période 1939-1945.

  • 1942 : LA RESISTANCE S’ORGANISE.

« En ce début d’été 1942, la résistance en Ardenne s’est organisée.

Outre les noyaux de « Maquisards », les filières de passeurs d’hommes se sont développées et, aux « Vieux-Moulins  de Thilay », chez les FONATINE , Louis, Marguerite, avec l’aide de leur fille Georgette, de leurs fils Georges et Gaston, le modeste Café des Vieux-moulins est devenu la plaque tournante des chemins de rapatriement, entre la Belgique et la France, vers la France libre, des prisonniers de guerre évadés et, par la suite, des aviateurs alliés tombés dans la région.

Une des premières lignes d’évasion a été la ligne « DRAGON », en 1941. Les correspondants Belges les plus proches seront l’Abbé GRANDJEAN, curé de Willerzie, Albert BRUCK, brigadier forestier à Willerzie ; en France : Maître MAQUENNE, huissier à Monthermé et le Docteur L’HOSTE, docteur dans la même ville. Leur premier rescapé aviateur sera Hillary BYRK, d’origine australienne. Je ne cite que 4 noms de cette chaîne, mais il y en avait bien d’autres, je ne peux les citer tous, mais ce n’est pas véritablement l’objet de cette étude. Je dois dire aussi que les familles de ces « passeurs » contribuaient largement à ces actes d’héroïsmes qui leur auraient coûté à tous, en cas de dénonciation, d’être torturés et fusillés. Quelquefois, par hasard, mais toujours par patriotisme, des gendarmes, des douaniers recueillent, au cours de leurs missions officielles, des « rescapés »… »

« La plupart de ces aviateurs passent chez Madame FONTAINE. C’est ainsi que Hillary BYRK, l’Anglais JIMMY, Pierre wasick, lieutenant de la R.A.F, d’origine polonaise, et combien d’autres, passeront par les « Vieux-Moulins  de Thilay » 

 

 

Lysander lors d'une opération de "Pick-Up" aux Vieux-Moulins de Thilay" (Dessn de J.P. Cordier)

J-Pol CORDIER. « Un avion est tombé… »

 

 

AVIS AU PUBLIC

La détermination des allemands était sans limite. Ainsi, dans la nuit du 12 au 13 juin 1944, alors que les maquisards encerclés dans les bois des Mamises tenteront de « décrocher », 106 d’entre eux seront abattus après avoir été sauvagement torturés.
         A ces actions « sur le terrain » s’ajoutait la déportation et une fois de plus, les Ardennais ont payé un lourd tribut, puisque sur 524 Ardennais déportés, 284 ne rentreront pas, de même que 6 internés sur 82.

 « LES VERTUS DE NOS HEROS »

Ancien résistant, ancien déporté, Jacques Sourdille, président du Conseil Général des Ardennes, a salué ainsi la mémoire de la Dame des Hauts : « Tous les survivants de la Résistance et des camps d’extermination sont persuadés que les meilleurs d’entre eux sont morts et que leur rôle est uniquement de témoigner. Je l’ai cru aussi jusqu’à la rencontre avec Marguerite FONTAINE… C’est souvent parmi les plus humbles et les plus discrets que persistent encore les vertus de nos héros ».

Le chef de l’administration militaire allemande en France avise que chaque habitant qui prête aide et assistance à un membre d’un équipage d’avion anglais à s’évader ou qui tenterait seulement  de favoriser son évasion  et l’aiderait de quelque manière que ce soit, sera traduit immédiatement devant une Cour martiale allemande et sera puni de la peine de mort.
                                      Charleville, le 2 août 1941

 

  • LES PARACHUTAGES

Bohémien

« Bohémien » et « Astrologie » (les principaux terrains de parchutage)

 

Dans la zone marécageuse des Hauts-Buttés d’abord appelé « cheville ». Là eut lieu, le 20 septembre 1943, la première opération importante : 8 containers.

Astrologie

Aux « Vieux-Moulins » de Thilay
Au fond, sous les bosquets seront enfouies les armes. Là aura lieu, le 28 mai 1944, le parachutage le plus important : 88 containers, 10 tonnes !

 

  • UN HAUT-LIEU DE LA RESISTANCE ARDENNAISE

La maison de famille FONTAINE, dans la clairière des « Vieux-Moulins de Thilay »

 

Pendant près de 4 ans, près de 200 aviateurs alliés y furent recueillis, abrités et aidés dans leur évasion ; de grosses quantités d’armes y furent entreposées, et des rrenseignements précieux y furent reçus et transmis. Donnons la parole à Eva THOME, vice-présidente de la « société des Ecrivains Ardennais », qui a recueilli les souvenirs de Mme FONTAINE.

« Le promeneur qui traverse les vieux-moulins dit "l’air y est pur "». Il faut qu’on sache que l’âme aussi y est pure. On y est isolé du monde ; il faut qu’on sache que l’Amérique, d’Australie, d’Afrique et de diverses nations d’Europe, on y fait escale. La vie y est paisible ; il faut qu’on sache qu’il y a eu là des émotions et des évènements exceptionnels… La forêt y est profonde ; il faut qu’on sache qu’elle enferme dans son mystère de lourds, de tragiques secrets.

Vieux-Moulins de Thilay, point invisible sur la carte de France, Haut-lieu de la Résistance où ne s’étend aucun tic-tac de Moulins mais où bat le cœur de la brave Ardenne ! »
                                                                  Jacques VADON

  • L’ARRIVEE DU COMMANDANT PRISME

« Le commandant PRISME »

L’ABBE GRANDJEAN

Prêtre
MISSION CITRONELLE
BILLET DU MAQUIS, COMMANDANT PRISME
ADRESSE A MADAME FONTAINE
LE 22 MAI 1944

Chère Madame,

Merci de votre lettre qui m’a fait grand plaisir.
Nous sommes bien aidés et soutenus par vous tous et c’est une grande joie de travailler dans un pays de vrais français comme les Ardennes.

Je pense que je vais avoir l’occasion de vous voir ces jours-ci. Je vous parlerai de ce que vous me dites dans votre lettre. Une chose que je voudrais vous demander tout de suite, c’est de nous procurer un drapeau Français et une flamme triangulaire aux mêmes couleurs, avec une croix de Lorraine sur le blanc. Nous les monterons tous les soirs pour nous rappeler avant de dormir ce que nous devons faire. Merci de tout cœur et à bientôt.

 

LORS DE L’INHUMATION DE LOUIS FONTAINE, LE GENERAL DE BOLLARDIERE LUI RENDAIT L’HOMMAGE SUIVANT :

« Je vous prie de dire à tous les Résistants des Ardennes la peine profonde que j’ai éprouvée à l’annonce du décès de Monsieur FONTAINE. Son activité dans la Résistance a été au-dessus d tout éloge. Sans lui et sa famille et leur dévouement de tous les instants malgré les risques constants qui les menaçaient, qu’aurait pu faire le maquis Prisme dont ils ont été un des plus fermes soutiens.

C’est avec une grande admiration et un grand respect que je pense à lui ».

 LA DAME DES HAUTS
         
Eva Thomé a plus d’une fois réclamé à son ami Jean-Marie Lefèvre un poème en hommage à Marguerite Fontaine. Le voici :

         LA DAME DES HAUTS
         
         VIEUX-MOULINS DE THILAY, nés du roc et du chêne !
         Pour l’âme du poète, un nom mystérieux
         Que le temps et l’histoire ont fait prestigieux
         Quand il prit pour prénom MARGUERITE FONTAINE.

         Sereine, elle a vécu cette attente inhumaine
         Lorsque le sous-bois rend le pas silencieux,
         Que la terre et l’avion se cherchent dans les cieux,
         Qu’il est craint pour demain une attaque soudaine.

         Elle a vu ce sang sur la mousse épanché,
         Ce souffle de jeunesse au soleil arraché !
         Mais les nobles amants ont de grandes idées.

         Et c’est ainsi qu’il est, au coin de l’âtre, dit
         Qu’HEROINE et ARDENNE aux entrailles soudées
         Versèrent le poison dans le casque maudit
.

SEPTEMBRE 1944 : LA LIBERATION, ENFIN !

Septembre 1944, la Libération, enfin ! Enthousiasme et allégresse des Ardennais qui retrouvent leur liberté au bout de quatre années d’occupation allemande – la troisième pour les plus anciens qui ont connu celle de 1870-1973, la deuxième pour ceux, plus nombreux, qui ont vécu de 1914-1918 …

Le cauchemar est enfin terminé. Il avait commencé en mai 1940, avec, sur fond de désastre militaire, un exode dramatique qui avait emporté la quasi-totalité de la population ardennaise lin de chez elle, dans les départements d’accueil de la Vendée et des Deux-Sèvres pour l’essentiel.

 

  • 1994 Cinquantième Anniversaire de la Libération des Ardennes

THILAY : HOMMAGE EMOUVANT AUX RESISTANTS DU « MAQUIS »

 

Une  

  • DISCOURS DE M. GERARD MAIZIERES, MAIRE DE THILAY

 « Cinquante ans après la chute de l’Allemagne nazie, la Résistance demeure un sujet magnifique et brûlant, qui suscite toujours la passion des participants, des témoins, des héritiers.

La Résistance n’appartient pas aux résistants. Ils en ont, eux aussi et suivant un mot tristement fameux, « fait don à la France ». Et celle-ci, à son tour, l’a donnée à l’Histoire. Mais s’il doit demeurer, au-delà de leurs divisions ultérieures, un point commun à tous les résistants. C’est qu’ils étaient tous de la race qui dit « non ».

Marguerite et Louis Fontaine ont dit « non » dès 1941 en s’intégrant à un réseau d’évasion et en apportant un important soutien moral aux évadés. Leur activité dans la Résistance s’est intensifiée dès la création du Maquis Prisme. A partir de juin 1943, 14 parachutages d’armes, de munitions et d’officiers français et alliés eurent lieu aux Hauts-Buttés et aux Vieux-Moulins de Thilay sur les terrains « Bohémien et Astrologie » ; deux mots synonymes de voyage et d’évasion, deux mots devenu ici symbole de liberté, comme l’est devenue la maison des « Fontaine ».

La France entière apporte sa part de reconnaissance à Marguerite et Louis Fontaine qui, malgré la multitude des témoignages de reconnaissance, ont su conserver leur simplicité et une grande humilité. Seuls le courage, le refus de se soumettre et l’idéal patriotique peuvent lutter contre l’oppression et la tyrannie.

Que chaque homme et chaque femme de notre département qui, part leur action, aussi infime soit-elle, ont lutté contre l’occupant nazi, soit un exemple pour la Jeunesse de notre pays.

La Municipalité de Thilay est fière d’honorer aujourd’hui Madame et Monsieur Fontaine et tous leurs compagnons de lutte »…

 

En guise de conclusion, citons deux brèves déclarations qui résument clairement combien a été déterminante l’action des « combattants  de l’ombre » tout au long des dures années du conflit mondial 1939-1945 :

« La bataille des Ardennes aurait pu être gagnée, mais les terroristes ne nous ont laisse aucune chance »
                                                        Maréchal Von RUNDSTEDT
                                              (messager à Hitler – décembre 1944)

 

« Si l’ennemi avait réussi à concentrer ses forces en Normandie, le Débarquement aurait été compromis. Mais, comme espéré, les maquis leur ont créé d’énormes ennuis »
                                                        Général EISENHOWER
                                                        (Londres, septembre 1947
)

Documents :

- Journal l'Ardennais

- Journal de guerre de Marguerite Fontaine

- 3eva Thomé, "crivain et résistante d'Ardenne"

- Un avion est tombé : Jean-Pol Cordier

- "Les Ardennes dans la guerre 1939-1945" de Jacques Vadon

Bulletin Municipal  N° 12 de décembre 1994